Dans ce dossier nous traiterons du RTA.

Cette abréviation signifie Rebuildable Tank Atomizer. N’ayez pas peur de ce nom à rallonge et barbare qui en réalité est assez simpliste.

Pour cet atomiseur vous serez en possession d’un clearomiseur mais cette fois-ci en mode reconstructible. Le procédé sera « simple » en lieu et place des résistances industrielles il vous faudra prévoir d’y glisser des résistances artisanales (coil).

Le RTA se déclinera en une multitudes de modèles. Vous pourrez en trouver en tirage imitant la cigarette que l’on appelle communément le MTL, mais aussi en tirage direct (DTL).

Chaque atomiseur aura un plateau de montage différent. Vous l’aurez en simple coil, où il vous faudra insérer une seule résistance, ou bien le dual (deux coil).

Ce type d’atomiseur se décompose  de la manière suivante.


En vue éclatée on retrouvera de droite à gauche le topcap avec drip tip, la chambre d’atomisation, le Pyrex et le plateau de montage.

Vous retrouverez six pièces venant faire la composition de votre RTA.

> Il y aura en premier lieu le drip tip que l’on viendra déposer sur les lèvres afin d’inhaler la vapeur. Il se trouvera en plusieurs matières (ultem, résine, métal…) et en plusieurs dimensions, le MTL qui sera un drip tip long et fin pour l’inhalation indirecte, le 510 qui aura un diamètre moyen et une ouverture assez large pour l’inhalation directe et le 810 qui lui sera plus court mais bien plus large pour admettre un débit de vapeur important prévu pour le DTL.


Drip tip 810 en ultem.

     > vous retrouverez ensuite le topcap qui possèdera un trou pour accueillir le drip tip et viendra se fixer sur le haut de l’atomiseur pour le fermer. Le remplissage en liquide de votre réservoir s’effectuera en ôtant celui-ci.


Topcap à visser.

> Nous aurons ensuite la chambre d’atomisation avec la cheminée. Cette partie sera composé d’un cercle métallique où viendra se fixer le topcap, elle sera percée avec des ouvertures en forme de haricots pour laisser passer le liquide au remplissage. En dessous un « tube » métallique assez étroit que l’on appelle la cheminée qui viendra conduire la vapeur jusqu’au drip tip. La cheminée surplombera une partie plus large et évasée, généralement en forme de dôme, que l’on appellera la chambre d’atomisation. C’est dans celle-ci que le travail de formation de la vapeur s’effectuera


Chambre d’atomisation du Leto.

     > Vous aurez besoin d’un Pyrex de forme ronde pour venir loger le liquide une fois votre atomiseur assemblé.


Pyrex 2ml pour Leto RTA.

     >  On arrive à la partie élémentaire du RTA, le plateau de montage. Cette partie vous permettra de venir placer votre ou vos coils, en fonction du modèle choisi, il sera composé des pâtes de fixations, des arrivées d’air (airflows) et de trous permettant de loger le coton pour venir l’imprégner de juice, les arrivées de liquide. Sur sa partie inférieure vous retrouverez une large ouverture ou plusieurs trous d’airflows qui feront entrer l’air au niveau du coil.


   Plateau en single coil.

Pour terminer le tout nous aurons besoin d’une bague d’airflow qui sera percées de différentes manières afin de venir obstruer l’ouverture sur la base et de créer une vapeur plus ou moins aérienne en fonction de ce que vous recherchez.


Bague d’airflows a 3 trous.

Vous aurez également une vis sous l’atomiseur qui est le pin, la vis créant le contact électrique avec votre box ou tube. Elle sera démontable et vous permettra de retirer le pôle positif de votre plateau et dans certains cas le plateau en lui même. Elle permettra également de régler la profondeur pour obtenir un bon contact avec le pin de la box.


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.